top of page
Affiche Fidji Phoenix Sisters

À propos du trio...

3 sisters

3 voix illuminées 

2 slow-rock mexicain au coin du feu

quelques rêves d'îles lointaines

1/2 poster De Buffalo Bill

2 couchers de soleil

1 Contrebasse, 1 banjolélé, 1 accordéon, 1sax, 2 flûtes

   

Fanny Vialle
Chant et contrebasse

Léa Maquart

Chant, ukulele, banjolele et flûtes

Marion Chomier
Chant, accordéon et sax soprane 

Depuis 2013 ce trio vocal et instrumental  a joué sur de nombreuses scènes et festivals sa "No Far West Music". 

En 2016, elles invitent le batteur Erwan Bonin pour la création du Dancing.

En 2021, création en trio du spectacle concert "De l'Art d'être une Calamité" mis en scène par Harry Holtzman.

Loin cette old cabane grise

album 2013

Album 12 titres mêlant compositions originales et titres ré-arrangés, l'ensemble forme un folkore poetique sur paysage de Far-West bancal, s'inspirant des îles, complaintes mexicaines, hymnes de cowboy, tubes des années 60 et autres Sisters Songs.

Extrait de revue de Presse:

« D'abord, il y a la grande tradition des girls bands, à commencer par sa configuration la plus classique : le trio (The Ronettes, The Supremes...) et sa déclinaison sororale (The Andrews Sisters, The Pointers Sisters, The Peters Sisters...).
Et tant pis si les Fidji Phoenix Sisters ne sont pas sœurs. Ça c'est pour la base.
Pour le reste, c'est grand n'importe quoi à tous les étages : fameux gloubiboulga à la salse(pas)pareille, pot au feu de joie de music western, d'ukulélé vahiné pas dégonflé, de contrebasse haute en couleur, d'instruments jouets et d'objets divers chinés à droite à gauche, et partout ailleurs. Là même où le trio est allé puiser non pas son inspiration, mais « leurs » inspirations.
Trois univers entremêlés qui n'en font plus qu'un baptisé « No Far West Music », pour le moins étrange, baroque'n'roll et sévèrement timbré qui jouent avec des codes éculés, ceux de l'imagerie western, pour mieux les re-donner en spectacle. Musical mais pas que, équivalent féminin d'un O'Brother déjanté qu'on rebaptiserait volontiers O' Sister. »

Stéphane Duchêne

Le Petit Bulletin.

Fanny Vialle

Chant et contrebasse

Fanny a suivi une formation de comédienne à La Scène sur Saône, de clown au FRAKO,

obtenu une Licence en Arts du spectacle à l’Université Lyon 2, un DEM en Violoncelle

Classique à l’l’ENM de Puy en Velay et s’est formée au chant et au sax à l’ENM de

Villeurbanne.

Elle a co-fondé et parcouru le monde avec l’orchestre de rue Le Bus Rouge pendant 20

ans.

Elle a collaboré avec de nombreuses compagnies en tant que comédienne, chanteuse,

musicienne ou regard extérieur ( La Volubile Cie, La Cie In-Time, La Toute Petite Cie, La

Compagnie Léa Drouet, La Quincaillerie Moderne, L’Hermine de Rien, La Cie Du Bazar

au Terminus, Le Musée Des Croyances Populaires...).

Elle a composé des musiques pour des spectacles, des courts métrages, des

chorégraphies ( David Basso, Guillaume Marnin,Charlotte Duran, Chloé Vialle) et écrit

actuellement pour elle-même les chansons de Simone Horizon.

Elle s’est particulièrement intéressée au clown, en explorant notamment un duo (avec

Florent Vivert) au sein de leur propre compagnie (Mondiale Classe Cie) et en se formant

(avec Michel Dallaire, Heinzi Lorenzein, Alain Reynaud...). Elle utilise régulièrement ce

personnage dans des ateliers de création en prison ou dans un hôpital de jour.

Et elle se passionne aussi pour le chant pour lequel elle ne cesse de se re-former ( avec

Evelyne Girardon, Nassrin Pourhosseini,Mireille Antoine, Landy Andriamboanvonjy..).

Léa Maquart

Chant, ukulélé, banjolélé, flûtes

Léa Maquart suit un parcours classique en flûte traversière avant de bifurquer vers les

musiques traditionnelles orientales et balkaniques avec la découverte du Ney et du Kaval,

elle obtient un DEM en musique orientale après de nombreux séjours à Istanbul où elle

apprend auprès d'Ahmet Sahin, neyzen et chanteur de musique classique ottomane. Elle

continue de se former en Kaval bulgare auprès d'Isabelle Courroy, Nedyalko Nedyalkov,

Kiril Belezhkov...

Elle joue actuellement dans le trio Baba Marta (musique bulgare libre et inventive), Banitsa

(bal bulgare) l'ensemble Marmara (musique ottomane et chant byzantin), Yeni Gayda

(musique turque experimentale), Canticum Novum (musique ancienne et musiques

traditionnelles) mais aussi dans un tout autre registre dans la compagnie Le Bus Rouge

(au piccolo) et avec les Fidji Phoenix Sisters (au chant, ukulele, flûtes), groupe au sein

duquel elle exprime sa créativité et son goût pour l'éclectisme.

Elle participe par ailleurs en tant que musicienne à de nombreuses actions pédagogiques

avec l'association « A l'ouest des Balkans », l'Ecole de l'oralité ou encore la Toute Petite

Compagnie.

Marion Chomier

Chant, accordéon, clavier, saxophone

Marion a suivi une formation classique au conservatoire de musique de Lyon (CNR) en

flûte à bec baroque (médaille d’or et 1ère médaille de solfège).

Elle obtient une licence en musicologie à la faculté Lyon II.

Elle s'initie à la musique orientale (flûtes orientales auprès de Marc Loopuyt) et à

l’accordéon à L’ENM de Villeurbanne.

Elle explore la voix et le chant auprès de Mireille Antoine, Landi Andriamboanvonjy,

Nassrin Pourhosseini, et au CDLV de Lyon avec Christel Boiron.

Depuis 2008 elle est membre du trio "The Fidji Phoenix Sisters"

Elle est saxophoniste soprano dans l'orchestre de rue Le Bus Rouge depuis 2002.

Elle est clowne-musicienne à l'hôpital, en Ehpad et dans des établissements spécialisés

depuis 2002 dans l'association Vivre aux éclats.

Elle est co-créatrice et clowne dans les spectacles des Cie Zoélastic et Belle et Fou.

bottom of page